Comprendre le mécanisme de l’épuisement

Bien souvent nous utilisons le terme “stressé” plutôt que “épuisé”. Le stress est à la mode, mais il est une conséquence de l’épuisement.

Les Taoïstes disent : “pour guérir, il faut admettre qu’on est malade”. Cet énoncé simpliste mentionne cependant qu’on ne peut guérir qu’une fois que l’on a reconnu le mal dont on souffre.

Si vous souffrez d’une cystite, c’est de la cystite dont vous avez besoin d’être soigné. C’est la cystite que vous avez besoin de reconnaitre. Je vois sur des forums pseudo-médicaux des personnes en souffrance qui dissertent sur le choux fleur qu’ells ont mangé la veille. Je n’exagère pas, c’est reel !

Le stress est un faux problème; votre épuisement en est un réel.

Vous pourriez toutefois objecter que vous vous sentez stressés mais vous ne vous sentez pas épuisés. C’est bien là tout le problème : vous ne vous sentez pas épuisés, vous n’avez pas conscience de l’épuisement qui est en vous.

Au cours de mes années d’exercice, j’ai découvert qu’il existe un veritable schéma de l’épuisement. C’est cela que je vais vous présenter.

 

Notre système corps-inconscient fonctionne de la manière suivante : vous avez besoin d’énergie pour fonctionner. En cas d’insuffisance, le cerveau et le Cœur sont prioritaires; tous les autres systèmes, métabolismes peuvent être considérés comme secondaires si nécessaire. C’est comme dans le film Apollo 13 où le pilote doit débrancher tous les systèmes pour dériver le maximum d’énergie vers la propulsion.

. En première étape, pour palier à la vitalité insuffisante, nous allons dériver une partie de l’énergie de notre système digestif; nous allons l’appauvrir mais pas le tuer. C’est une véritable stratégie de survie qui existe dans notre corps; cette stratégie devrait être temporaire. A notre époque, chez certains, le temporaire se compte en année!

A cette étape, notre système digestif va devenir lent; la digestion est lente, nous sommes parfois encombré, souvent ballonné; pouvons alterner entre constipation et diarhée. Nous sommes fatigués après les repas, essouflés à l’effort.

Parfois la réponse médicale qui nous est offerte est un peu simpliste : notre système digestif est lent, notre intestin est trop long…

 

. Nous ne pouvons pas prendre davantage dans le système digestif (il lui reste tellement peu pour fonctionner), nous allons nous tourner vers un autre système : le système sanguin.

Le sang est propulsé dans le corps par l’énergie; en dérivant cette énergie pour notre survie nous allons appauvrir notre réseau sanguin et son bon fonctionnement.

A cette étape, le sang circule lentement; le retour veineux est mauvais; les jambes sont lourdes; tout devient effort. Du coup, vous vous cravachez avec votre tête mais la charrette avance péniblement. Plus d’envie. Le sang et l’énergie ne sont plus couples dans un équilibre et le sommeil également est touché. Soit il n’est plus récupérateur; soit le réveil nocturne prédomine.

Emotionnellement vous ne ressentez plus rien; et cela justifie que vous ne ressentez pas que vous ne ressentez plus. Vous avez atteint le 2ème stade de la survie.

. Troisième étape, vous allez appauvrir votre système ostéo-articulaire : le squelette craque aux jointures, il devient douloureux. En bref, il est de moins en moins vivant.

C’est en général à cette étape que les problèmes commencent : tendinites qui durent, capsulites…

Quand vous parvenez à cette étape, qui d’ailleurs ne vous laisse plus la possibilité d’attendre avec patience, foi et naïveté qu’un beau matin tout soit rentré dans l’ordre; il est déjà bien tard : vous avez épuisé tous vos systèmes.

Au fur à mesure des années, des consultations, je me suis aperçu de ce schéma récurrent. Nous avons une véritable éducation de fuite et de déni face à notre santé, probablement nourrie par un système médical officiel qui apprécie son pouvoir et notre irresponsabilité. Prenons notre santé en main, repérons les signes de faiblesse de notre santé et faisons nous aider avant … le pire.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.